Uncategorized

Opération « paquets cadeaux »

« OPERATION »

« PAQUETS CADEAUX »

Librairie Sorbonne

7 au 30 décembre 2015

Mes chers ami(e)s,

Cette année encore nous avons la chance de pouvoir renouveler cette opération de solidarité bien rentable, ( il faut le dire) pour notre Entraide et l’Eglise .

Malgré l’intervention d’autres Associations qui se sont mises sur les rails, la Direction de la Sorbonne nous a donné, cette année encore la préférence et nous l’en remercions.

Cela, bien sûr ne va pas sans certaines contraintes, mais si nous y mettons chacun un peu de bonne volonté comme les années précédentes, tout ira très bien.

Voici quelques règles fondamentales que nous vous demanderons de respecter :

1) Ne jamais rester seul(e) afin d’éviter les vols.

2) Respecter les horaires ; Matin 10h à 14h30

Après-midi : 14h30 à 19h30

3) Les inscriptions des bénévoles se font auprès de Josette Hamm exclusivement afin d’éviter tout malentendu lors des inscriptions.

Soit après le culte du dimanche matin -,

Soit par téléphone au :

04 93 27 31 27

Soit par mail : josette.hamm@sfr.fr

4) Si vous êtes dans l’incapacité de venir des ½ journées entières parce que vous travaillez ou pour des raisons de santé, ou familiale, ou si vous ne pouvez nous consacrer qu’1 ou 2 heures, n’hésitez pas ; vous êtes les bienvenu(e)s.

5) Comme chaque année, les Dimanches et la dernière semaine sont les plus critiques en matière de bénévoles. Là aussi toutes les bonnes volontés seront les bienvenues.

6) Les numéros de téléphone des éventuels remplaçants seront inscrits sur les listes, veuillez prendre contacts avec eux la veille si possible.

De plus amples détails vous seront donnés lors de votre inscription.

Venez nombreux afin de rendre l’opération possible et d’avance merci à tous, car nous sommes tous concernés.

A VOS AGENDAS !!!!!!

Amicalement

Josette Hamm, coordinatrice de l’opération.

Kermesse 28-29 novembre 2015

La kermesse de notre Eglise aura lieu le samedi 28 et dimanche 29 novembre

 

Venez nombreux!

 

Samedi non-stop de 10h à 17h

et

Dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 17h

nombreux stands (patisserie, brocante, livres, bijoux, dentelles et friperie…)

 

Ne manquez surtout pas le repas de dimanche midi

Au menu : chiffonnade de saumon, jambon braisé, dessert, café compris

Tarif : adulte 15 €, enfant 8 €, supplément bouteille de vin 5€

N’hésitez à proposer vos services pour l’organisation de ces journées importantes pour la vie de notre communautée et le service de son entraide. Vous pouvez également apporter des plats de sucré ou salé pour fournir les stands. Merci d’avance pour toutes contributions

 

 

Réactions des instances de notre Église face aux attentats du 13 novembre à Paris

Notre Eglise émue par la violence meurtrière des attentats survenus ce 13 novembre à Paris a fait part de son émotion et de ses réactions à travers ces messages :

 

Message du président du Conseil National :

Paris, le 14 novembre 2015 – 10h00
Message à l’attention des Églises locales et des paroisses de l’Église protestante unie de France


Les mots manquent, devant l’horreur et l’absurde de ce massacre en Ile-de-France.
L’horreur de ces dizaines et dizaines de morts et de blessés, sauvagement atteints.
L’horreur de ces vies détruites ou amputées, de ces familles décimées. L’absurde d’un
massacre qui tue à l’aveugle. L’absurde d’une idéologie terroriste qui évoque un dieu
assoiffé de sang.
Les victimes, touchées au hasard des fusillades et des explosions, étaient présentes
dans des lieux qui, eux, avaient été à l’évidence soigneusement ciblés : stade de foot,
salle de spectacle, terrasses de cafés et de restaurants. Ce sont des lieux de détente ou
de culture, où il fait bon se retrouver, en toute liberté, entre amis et au milieu de tous. Ce
sont ces lieux de rencontre et de convivialité qui étaient visés. C’est cela aussi qui faut
maintenir et protéger.
Dans l’effroi et l’accablement, que faire ?
Nous pouvons prier. Porter devant Dieu les victimes, et toutes celles et ceux qui en
prennent soin. Porter les hommes et les femmes des services publics qui sont mobilisés,
et les responsables de notre pays. Mais aussi prier pour que la violence recule chez ceux
qui sont aveuglés par des fantasmes de pureté radicale.
Nous pouvons offrir notre écoute et notre parole. Dans nos relations, notre temps, nos
réunions, nos lieux de culte, faire place à la parole et au silence échangés. Accueillir et
partager les mots, les soupirs, les sanglots, les pourquoi, les colères.
Nous pouvons aussi cultiver la solidarité et la fraternité, si fragiles, si précieuses, qui
nous sont confiées.
Nous remettons le temps présent et toute chose au Dieu vivant qui, en Jésus-Christ,
nous rejoint et nous accompagne dans nos détresses et dans nos espoirs.
Laurent Schlumberger, pasteur

Télécharger en pdf

 

Communiqué du président de la Fédération Protestante de France :

Devant la violence de l’attaque terroriste qui a fait tant de victimes et devant l’horreur que constituent de tels actes, la Fédération protestante de France veut en premier lieu adresser un message de condoléances et de soutien aux familles qui ont été si brutalement touchées. Avec ces personnes tuées ou blessées, la communauté nationale toute entière est concernée.

Il est nécessaire de se tenir unis dans une épreuve de cette ampleur.

Les valeurs de la République et de la démocratie sont visées, de même que la fraternité humaine est mise à l’épreuve par des actes injustifiables guidés par le mal.

La Fédération protestante de France, solidaire de tous ceux qui œuvrent pour la justice, l’ordre et la paix, exprime sa détermination à poursuivre sa mission de témoignage d’une espérance imprenable et à résister à toute forme de fanatisme.

C’est dans cet esprit que la FPF appelle l’ensemble de ses membres et invite tous ceux qui souhaitent s’y associer, à s’unir dans la prière pour faire face à cette épreuve et plus particulièrement dans le cadre des cultes célébrés le dimanche 15 novembre.

Elle appelle également à cultiver inlassablement par la parole et les gestes, la fraternité et la solidarité au cœur de la société française qui nous permettront de nous tenir ensemble, déterminés.

François Clavairoly

Télécharger en pdf

 

Message du président du Conseil Presbyteral de notre paroisse de NIce-Saint Esprit :

ÉGLISE PROTESTANTE UNIE DE NICE
Chacun d’entre nous a été profondément bouleversé par les attentats perpétrés à Paris dans la nuit de vendredi, et nous voulons avant tout témoigner aux aux familles des victimes toute notre compassion.
Nous ne voulons surtout pas que
qu’un amalgame soit fait entre des terroriste assassins et nos concitoyens, quelle que soit leur appartenance ethnique ou religieuse.
L’Église protestante unie de Nice se doit de lutter avec des moyens simples: ceux qui relèvent de l’éthique chrétienne telle qu’elle ressort de l’enseignement des Évangiles, ne jamais juger les autres, aller à leur rencontre car la rencontre et le dialogue permet d’approcher l’autre dans le respect de ses différences.
Nous prions l’Éternel pour l’apaisement des réactions épidermiques que ne manquent pas de susciter l’horreur de ces attentats.
Nous prions l’Éternel pour qu’enfin chacun reconnaisse son voisin comme un Frère, et agisse en conséquence.
Nous mettons notre confiance en Lui, et aucun terroriste ne pourra nous faire douter de cette confiance.

Pour le Conseil presbytéral de l’Église protestante unie de Nice
Bernard KOHL, président

Sur cette page de l’EPUdF se trouvent des messages des synodes regionaux qui se réunissaient ce week end. Sur cette page de la Fédération Protestante de France se trouvent d’autres réactions d’Eglises soeurs.

Journée des Églises du consistoire Au Domaine des Courmettes

Journée des Eglises du consistoire
de la Côte d’Azur
Dimanche 27 septembre 2015

Au Domaine des Courmettes
(entre Pont du Loup et Tourrettes sur Loup)

lescourmettes

Thème : La Création, Terre créée, Terre abîmée, Terre promise

Accueil à partir de 10h30

11h : Culte avec les pasteurs du Consistoire
Animations pour les enfants prises en charge
par les monitrices de Grasse et de Vence

12h30 : pique-nique

14h30 : conférence de Nathalie Leenhardt,
rédactrice en chef du Journal Réforme, sur le thème :
« Le traitement de l’information religieuse dans les médias »
Animations pour les enfants par les Eclaireurs
et Eclaireuses Unionistes

16h : fin de la journée.

Renseignements auprès de Christian Barbéry,
président du Consistoire

06 43 87 27 60
pasteur@eglise-protestante-grasse-vence.org

Décision du synode national « Bénir, témoins de l’Evangile dans l’accompagnement des personnes et des couples »

Communiqué

Accompagner les personnes et les couples,

un pas de plus

Au terme d’un processus de réflexion et de débat mené depuis 18 mois dans toute l’Eglise, le Synode national de l’Eglise protestante unie de France réuni à Sète a décidé d’élargir les possibilités d’accompagnement liturgique des personnes et des couples.
Au cœur d’une décision de quatre pages, il a notamment adopté le paragraphe suivant : « Le Synode est soucieux à la fois de permettre que les couples de même sexe se sentent accueillis tels qu’ils sont et de respecter le s points de vue divers qui traversent l’Église protestante unie. Il ouvre la possibilité, pour ce lles et ceux qui y voient une juste façon de témoigner de l’Évangile, de pratiquer une bénédiction liturgique des couples mariés de même sexe qui veulent placer leur alliance devant Dieu».
Une telle bénédiction est bien une possibilité ouverte. Elle n’est ni un droit, ni une obligation. En particulier elle ne s’impose à aucune paroisse, à aucun pasteur. Les débats qui concernent les couples de même sexe sont souvent passionnés et exclusifs. Au-delà des arguments échangés, ils mettent aussi en jeu les histoires, personnelles, intimes et familiales.
Le synode a mené ses travaux avec le souci prioritaire des personnes et guidé par la volonté d’être témoin de l’Evangile de Jésus Christ : « Nous trouvons la source de notre joie dans le «oui» premier que Dieu (…) pose sur nous en Jésus‐Christ. Telle est la bénédiction qui fonde nos existences. Partager cette joie en étant à notre tour, porteurs de bénédiction pour les femmes et les hommes d’aujourd’hui, telle est notre vocation.»
Sète le 17 mai 2015 à 11h00
Le texte de cette décision ainsi que ce communiqué et le message d’ouverture du président à ce synode sont consultables et téléchargeables ici.

Un commentaire de cette décision est donné ci dessous par le pasteur Thibaut Delaruelle :

Le pasteur Delaruelle se tient bien évidement à la disposition de toute personne désireuse de discuter de ce sujet et remercie pour la confiance déjà témoignée par celles et ceux avec lesquels il a déjà eu l’occasion d’échanger à ce propos.

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, du 18 au 25 janvier 2015

VisuelTelechargeable-UC2015Voici les manifestations prévues pour la semaine de prière pour l’unité des chrétiens à Nice :

  • Dimanche 18 janvier à 18h30 Eglise du sacré cœur (rue de France)
  • Lundi 19 à 19h cirque de Monaco (chapiteau du cirque Fontvieille)
  • Mardi 20 à 18h30 Eglise Ste Jeanne d’Arc (rue de Grammont) je suis invité à donner la prédication
  • Mercredi 21 à 18h30 Eglise Anglicane (11 rue de la Buffa)
  • Jeudi 22 à 18h30 Monastère des Clarisses (av. de Colette)
  • Vendredi 23 à 18h30 Eglise Orthodoxe du vallon des fleurs (vallon des fleurs)
  • Samedi 24 à 15h au centre protestant de rencontre avec GOP (21 boulevard Victor Hugo)
  • Dimanche 25 à 16h30 Basilique Notre-Dame (av. Jean Medecin).

A noter que lors du culte dominical du 25 (à 10h15 normalement) la prédication sera donnée par Richard Beaud dominicain.

Le thème : Jésus dit à la femme : « donne-moi à boire »

L’apôtre Paul, rupture et universalisme

L’apôtre Paul, rupture et universalisme

Intervention donnée dans le cadre de l’amitié judéo-chrétienne le mardi 21 octobre au CPR de Nice.

Thibaut

Paul est une figure délicate pour l’amitié judéo-chrétienne au sens où il est pour le christianisme un de ses fondateurs principaux et incontournables quand il est plutôt pour le judaïsme un détracteur de la Loi, de la circoncision, autrement dit une figure de la rupture.

Il ne s’agit pas de prétendre réconcilier ce qui avec Paul distingue voire oppose judaïsme et christianisme, mais de mieux comprendre nos altérités et nos singularités réciproques et ainsi approfondir notre amitié.

Conférence avec Frederic Rognon le vendredi 12 septembre 2014 sur le thème synodal

Soirée discussion/débat au CPO le vendredi 12 septembre 2014 sur le thème synodal « la bénédiction » avec le Professeur Frédéric Rognon.

(notes prises par T.Delaruelle)

Compte rendu de l’exposé de F.Rognon :

« Bonsoir », « merci », « pardon » nous utilisons couramment ces petits mots, plusieurs fois par jours. Nous oublions qu’ils portent une bénédiction au sens de « dire du bien ». C’est le cas de « bonsoir » qui souhaite du bien à quelqu’un sur son soir. C’est aussi le cas avec merci qui signifie à l’origine être à la merci de quelqu’un et donc qui reconnaît un endettement, et donc la bénédiction qui m’est faite. Enfin « pardon » est la demande de me faire grâce, de remettre la dette que j’ai à l’égard de celui ou celle a qui je demande pardon. Le langage quotidien contient donc de la bénédiction implicite.

En 1Pierre 3.8-9 : « Enfin, soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d’amour fraternel, de compassion, d’humilité. Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction », nous lisons que nous, chrétiens, avons vocation à bénir. Il ne s’agit pas simplement d’être dans l’implicite du langage mais d’expliciter la bénédiction, ce qui revient à expliciter le oui de Dieu.

Faut-il bénir tout le monde ? La question est d’autant plus cruciale que le Sermon sur la montagne proclame : « Bénissez même ceux qui vous maudissent » (Luc 6.28). Y a-t-il des limites ? Peut-on et doit-on bénir mêmes des animaux, ou encore des objets (comme les canons lors des guerres) ?!

Pourtant il faut du discernement car la Bible nous indique, à côté du oui de Dieu, son non. Dieu dit un oui inconditionnel aux personnes mais aussi un non à certaines actions : il justifie la femme adultère de Jean 8 mais il lui dit aussi : « Va et ne pèche plus ». Il faut donc exercer une dialectique, c’est à dire articuler le oui et le non.

Le thème synodal est motivé par de nouvelles demandes de bénédictions faites à nos Églises. On en retient trois qui sont particulièrement interpellantes :

– demande de bénédiction sur des couples non-mariés (pacsés, ou non);

– demande de bénédiction de couples homosexuels mariés;

– personnes en rupture conjugale qui demandent une bénédiction pour « tourner la page ».

La bénédiction offerte à tous à la fin du culte dominical suffit-elle ou faut-il effectivement inventer d’autre types de bénédiction pour ces situations ?

La question de la bénédiction des couples homosexuels mariés a focalisé le débat dans les paroisses. Le débat s’est souvent appuyé sur l’interprétation des paroles virulentes contre l’homosexualité notamment dans le Lévitique ou dans certaines épîtres de Paul (Rm, 1Co). Et en même temps, le Lévitique condamne pleins d’autres comportements que nous avons accepté et qu’il ne nous viendrait pas à l’esprit de stigmatiser. Pour résumer ce débat sur l’interprétation de ces passages négatifs, on pourrait dire qu’il y a ceux qui disent : « La Bible dit, donc » (autrement dit, il faut refuser) et ceux qui disent « La Bible dit, mais » (autrement dit, il faut replacer les choses dans leur contexte et admettre que ce qui est condamné sous le terme d’homosexualité ne recouvre pas la réalité des couples homosexuels d’aujourd’hui).

Les rapporteurs sur le terrain constatent avec étonnement et inquiétude que beaucoup de gens imaginent, à tort, qu’en réalité tout est déjà fixé, que le débat en réalité a déjà été tranché et que tout est fait pour aboutir à ce dernier résultat. Cette pensée est d’autant plus absurde que ce sont bel et bien les synodes qui sont souverains, et que rien ni personne ne peut savoir à l’avance ce qui va se discuter, et au final ce qui va se décider. D’ailleurs le synode de l’UEPAL (Union des Églises protestantes d’Alsace Lorraine) vient de décider de surseoir pour un délais de 3ans à toute décision concernant la bénédiction de couples homosexuels mariés, ayant constaté l’absence de consensus suffisamment large pour trancher la question. F. Rognon rappelle également que l’équipe des rapporteurs nationaux en charge de travailler cette question en amont des synodes régionaux et national a été composée de façon plurielle avec des gens plutôt contre, d’autre plutôt pour et des indécis. Il est donc parfaitement absurde de penser que tout est joué avant la réunion des synodes.

Trois affirmations devront dans tous les cas guider la poursuite des débats :

– D’abord ce n’est pas le comportement sexuel qui définit un chrétien mais sa foi en Christ (c’est une affirmation centrale de la Réforme que le Chrétien est justifié par la foi et non par ses œuvres). La sexualité ne relève pas du status confessionis, autrement dit elle n’est pas une question centrale pour la vie de l’Église, pour son identité.

– Notre Église, nos ministères ont vocation à construire l’unité (rappelons que l’étymologie de synode signifie « cheminer ensemble »). Nous devrions donc pouvoir continuer à être ensemble en Église malgré la décision synodale qui sera prise et qui forcément va décevoir certains (que ce soit pour, contre, ou de surseoir). Il est du devoir des pasteurs d’avancer ensemble après la décision synodale et d’accompagner au maximum dans l’unité les gens qui seront déçus.

Dans les débats ont a pu constater que certaines personnes pouvaient être opposées avec des arguments identiques alors que d’autres pouvaient avoir des arguments opposées et avoir une position identique ! Autrement dit, il est impératif de ne pas se focaliser sur des positions (pour, contre) mais de prendre le temps de discuter des arguments et de se laisser déplacer par la discussion.

– Enfin la décision devrait en réalité dépendre du sens que l’on met derrière la bénédiction. Or il existe dans la Bible au moins trois compréhensions différentes.

Premièrement, une compréhension très performative où la bénédiction fait ce qu’elle dit : bénir son trajet par exemple signifie qu’on arrivera sain et sauf. C’est une compréhension un peu magique que l’on trouve uniquement dans l’Ancien Testament (voir par exemple la bénédiction des patriarches qui transmet l’alliance avec Dieu). Le second sens, c’est la bénédiction qui atteste de façon inconditionnelle l’amour de Dieu (sens présent dans le Nouveau Testament). Ou de façon différente, la bénédiction qui repose sur une condition : si tu fais ceci ou cela tu seras béni. Autrement dit, une bénédiction qui repose sur un changement de vie, qui est un appel exigeant à mettre sa vie en conformité avec la volonté de Dieu.

Pour conclure sur ce dernier point : si on ne peut pas prévoir la décision finale du synode, on peut s’attendre à la réaffirmation que ces deux sens de la bénédiction doivent être tenus ensemble, donc certainement en tension (à la fois oui inconditionnel et à la fois appel à changer de vie), conformément à l’Évangile.

Semaine de l’Unité 2014

 

Samedi 18 Janvier à 18 h 30 : chez les Soeurs Clarisses à
Cimiez, av. Sainte Colette
Dimanche 19 Janvier à 16 h 30 : Cérémonie générale : Basilique
Notre Dame. av. J. Médecin
Lundi 20 Janvier à 19 h Monaco sous le chapiteau du
cirque
Mardi 21 janvier à 18 h 30 : Eglise St. Etienne, 32 rue Vernier
Mercredi 22 Janvier à 18 h 30 : Eglise Anglicane, 11 rue de
la Buffa
Jeudi 23 janvier à 18 h 30 : Sanctuaire du Sacré Coeur, 22
rue de France
Vendredi 24 Janvier à 18 h 30. Eglise orthodoxe russe, rue
Longchamp
Samedi 25 Janvier à 15 h Partage Biblique à l’Église Protestante
Unie St Esprit, 21, bd Victor Hugo