La Création de la paroisse réformée

Résumé

Depuis le rattachement de l’Église libre évangélique à la Table vaudoise en 1875, l’Église de Nice a développé plusieurs œuvres pour les ressortissants d’origine italienne. Présidée par un pasteur italien certains membres en viennent à souhaiter une Église « purement » française. La politique extérieure de la France tend à stigmatiser l’Italie, à Nice qui subit une crise économique importante, se développe une « italianophobie ».

Un groupe s’est constitué (le Comité protestant français – CPF) au sein de l’Église vaudoise de Nice en 1899 pour fonder une « Église réformée française et non plus italienne » (sic). Suite à leur demande, le 18 novembre 1901, après de nombreuses discussions, la Commission du Conseil central a décidé de présenter un rapport favorable à la création d’un poste de pasteur à Nice. Il reste à convaincre le ministre des Cultes ainsi que le ministre de la Commission des finances du Sénat et avant tout, obtenir l’adhésion du budget de la Chambre ce qui semble difficile. Combes mène un combat contre le cléricalisme. En dépit des difficultés, un pasteur est désigné, un local trouvé rue Pertinax. Mais l’Église de Nice s’est déchirée, des amis se sont querellés.

Table des matières

  1. Résumé de la 1ère partie
  2. 10 décembre 1901, inauguration de la rue Pertinax
  3. La nomination du conseil presbytéral
  4. La vie de la paroisse
    1. Les réunions de Réveil
    2. La société de couture
  5. La création d’un poste officiel pour le pasteur
  6. Le temple du boulevard dubouchage
    1. Projet d’achat
    2. Le régime des dons et legs
    3. Le legs Cochois
    4. Acte d’achat
    5. Le traitement du pasteur
    6. Des traitements convoites
  7. Une rente
    1. Le fond de garantie pour le paiement du traitement du pasteur
  8. La création officiel de la paroisse le 30 décembre 1902, « Une douce Ironie »
  9. Installation de Léopold Pellier le 26 avril 1903
  10. 1905
  11. Addendum

Télécharger le document : La Création de la paroisse réformée