Les Églises Protestantes Germanophones

Résumé

La communauté évangélique de langue allemande est la seconde colonie étrangère en nombre dans le comté de Nice. Elle est composée d’Allemands, de Scandinaves, de Russes des provinces baltes, de Suisses alémaniques et de Néerlandais. Dès 1848 , des petits groupes d’obédiences diverses se rassemblent créant une véritable concurrence entre les divers comités religieux. Les germanophones forment une petite communauté de tendance luthérienne. La plupart parlent le français, mais pas les domestiques qu’ils emmènent avec eux. Pilatte avait déjà tenté d’instituer des cultes en allemand dans le temple de la rue Gioffredo. Un jeune homme originaire du Wurtemberg qui a passé sa jeunesse dans un  environnement piétiste, se sent la vocation d’un missionnaire et souhaite s’installer à Nice pour s’occuper de la communauté germanophone. En 1860, la petite communauté sans reconnaissance légale du gouvernement sarde tombe sous le coup de lois françaises très restrictives vis-à-vis des cultes non reconnus. Napoléon III, en 1861, rattache les luthériens des Alpes-Maritimes au consistoire de l’Église de la Confession d’Augsbourg de Paris.

Table des matières

  1. DIE DEUTSCHE EVANGELISCHE KIRCHE, LES DÉBUTS A NICE
    1. La vie de l’Église
    2. L’annexion du Comté de Nice et ses conséquences
    3. Le rattachement au consistoire de Paris
    4. La construction d’un lieu de culte
    5. La guerre franco-allemande et ses conséquences
    6. Les campagnes de presse
    7. Suppression du traitement
    8. 1905
  2. CANNES
  3. MENTON
  4. LES ALLEMANDS A MONACO
    1. Deutsche-evangelische Pastorationsgenossenschaft für Beaulieu-Monaco
    2. Beaulieu
  5. ADDENDA
    1. Des articles organiques des cultes protestants
    2. Le salaire des pasteurs
    3. Arch. Consist. luth, de Paris, Délib., reg. H, conc. Menton

Télécharger le document : 7 Troubles Églises germanophones